GauHistoire.jpg (48069 octets) Droitebandeau.jpg (54419 octets)
 
ar2-r.gif (1769 octets) LES GRANDES DATES: avant 1960 - après 1960
VIe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
500 Date approximative de la formation de l'unité kuba d'où est né le royaume Kuba, fondé par Woot, le Nyimi, roi mythique dont le descendant actuel Kwete Mbokashanga serait le 124e successeur.

 

520 à 845 Formation de l'unité Luba qui donnera naissance au premier empire Mulopwe, roi, historiquement connu est Nkongolo Mwamba qui semble avoir régné au XVIe siècle.

 

XIIIe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
1275 Date hypothétique de la formation du royaume Kongo par Nimi a Lukenie, alias Ntinu Wene.

 

XVe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
1482 Diego Cão, navigateur portugais, découvre l’embouchure du fleuve Congo et fonde une colonie. Il n'a atteint effectivement cette embouchure qu'en 1483, inaugurant ainsi les contacts entre les peuples locaux, notamment les Kongo, et les Européens.

 

1491 Les premiers missionnaires catholiques arrivent au royaume Kongo et entament officiellement la première évangélisation du pays (1483-1835) par le baptême, le 3 mai, du Mani Kongo (roi) Nzinga Nkuwu et de sa cour. Le roi se prénomme alors Joao et devient Joao I Nzinga Nkuwu.

 

1498 L'arrivée en Amérique du premier navire transporteur d'esclaves, inaugure la traite des esclaves dans l'Atlantique, fléau qui trois siècle et demi durant, de 1550 à 1880, eut entre autres conséquences, le dépeuplement de l'Afrique et la désorganisation de ses structures politiques et sociales.

 

XVIe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
Formation du royaume Luba (Shaba central). Les portugais établissent une forme de protectorat et évangélisent le Kongo. Ils se désintéressent pourtant du royaume à la fin du siècle et se tournent vers l'Angola où la traite des esclaves est plus facile. Ce siècle marque aussi le début de la traite dans le bas Congo.

 

XVIIe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
Les Hollandais prennent les ports de San Thomé et Saint-Paul de Loanda (1641) à l'embouchure du Congo. Les capucins italiens poursuivent l'évangélisation dans le royaume Kongo en déclin. Ce siècle voit l'essor des royaumes Kouba (Kasaï) et Lunda (Kasaï et Bandundu) et le début de la traite des esclaves dans le bas Kasaï et le Katanga (Shaba).

 

XIXe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
Les Zandés, guerriers originaires de l'actuel Soudan, s'établissent dans le nord.

 

1815 Nabiembali fonde le royaume Mangbetu (nord-est).

 

1816 L'Anglais Tuckey remonte le fleuve Congo jusqu'aux chutes deYelala et inaugure ainsi la période des "explorations scientifiques du 19e siècle" en Afrique centrale et australe.

 

La puissance des chefferies Zandé s'accroît considérablement grâce à la traite des esclaves et au commerce des armes.

 

1869 Msiri fonde dans le sud-est le royaume des Garengazé.

 

1874-78 Le Congo est exploré par Henry Morton Stanley (1841-1904), d’abord pour son propre compte, puis pour l’AIC (Association Internationale du Congo). Il traverse le continent d'est en ouest et descend le fleuve Congo jusqu'à son embouchure. Des négriers de Zanzibar commencent à pénétrer dans la zone forestière et à s'installer à l'ouest du Lualaba.

 

Septembre 1876 Le Roi de Belgique, Léopold II, organise une conférence géographique internationale débouchant sur la création de l’AIA (Association Internationale Africaine) dont l’objectif est « d’ouvrir l’Afrique à la civilisation et d’abolir la traite des esclaves ». Cette conférence, tenue à Bruxelles, définit une "zone d'action" à l'intérieur du continent africain, délimitée au nord par le Soudan égyptien, au sud par le bassin du zambèze, à l'est et à l'ouest par les océans.

 

30 octobre 1878 Léopold II conclut un accord avec Stanley pour la création de postes au Congo et la négociation de traités avec les chefs locaux, au nom de l’AIA devenu ensuite CEHC (Comité d’études du Haut-Congo).

 

8 août 1880 Ouverture à Boma, par les missionnaires catholiques, de la première école du Congo, comptant dés le départ une vingtaine d'enfants.

 

1883 Congo devient l’AIC (Association Internationale du Congo), présidée par Léopold II.

 

15 novembre 1884 Au Congrès de Berlin, l’AIC devient l’Etat Indépendant du Congo (EIC) dont le souverain est Léopold II et ayant son gouvernement à Boma, ensuite à Léopoldville.

 

26 février 1885 L'acte final de la conférence de Berlin fixe le statut conventionnel du bassin du Congo (liberté de commerce et de navigation sur le fleuve) et les limites de l'Etat Indépendant du Congo. Léopold II obtient le Katanga en compensation des territoires qu'il a dû céder à la France. La souveraineté personnelle du roi des Belges se substitue à celle de l'Association Internationale et le nouvel Etat du Congo obtient la reconnaissance des puissances internationales. Léopold I constitue à Bruxelles le gouvernement du Congo (6 mai) et sur place, le remplaçant de Stanley, Sir Francis de Winton, prend le titre d'administrateur général. Le territoire est divisé en districts dirigés par des commissaires.

 

1888 Organisation de la "Force publique".

 

1889 Léopold II déclare que "les terres vacantes doivent être considérées comme appartenant à l'Etat".

 

1891 C'est le début de l'exploitation intensive de l'ivoire et du caoutchouc naturel, produits des terres domaniales réservés à l'Etat. L'Etat libre est organisé en unités de gouvernement local établies à partir des institutions politiques traditionnelles. Les autorités de l'EIC commencent à se heurter à la résistance de chefs locaux et des Arabes, qui tiennent près d'un tiers du pays. La Force publique défait Msiri, assurant l'emprise de l'EIC sur le sud-est.

 

1892 L'expédition géologique Bia-Francqui-Cornet démontre l'existence de ressources minières au Katanga.

 

1895 Cette année est marquée par la mutinerie de la garnison de la Force publique de Luluabourg et par la conquête de l'ancien royaume Mangbetu.

Instauration de l'immatriculation des Congolais aux registres de la population "civilisée" et octroi corrélatif aux bénéficiaires de celle-ci des droits civils européens.

 

1897 C'est le début de la mise en place d'un système de "cultures gouvernementales", imposées aux populations (coton et cacao).

 

1898 Ouverture de la ligne de chemin de fer Matadi-Léopoldville.

 

XXe siècle
wpe141.jpg (679 octets)
1903-1904 Les abus du régime léopoldien sont dénoncés en Grande-Bretagne par la Congo Reform Association.

 

24 juillet 1904 Création d’une commission internationale pour enquêter sur les pratiques utilisées dans la production du caoutchouc (politique des mains coupées, prises d’otages...)

 

Entre le 27 février et le 2 mars 1906 Scandale suite aux accusations de parlementaires belges.

 

 

13 décembre 1906 L’Etat indépendant du Congo est annexé à la Belgique.

 

20 août 1908 Publication d’une charte faisant du Congo une colonie belge. La Belgique prend la responsabilité formelle de la colonie. Cette charte coloniale fixe le statut administratif et politique du Congo : le roi légifère en collaboration avec le ministre des colonies et avec l'assistance d'un conseil colonial. Le gouverneur général dispose du pouvoir local et gouverne par voie d'ordonnances. Une commission de protection des indigènes, présidée par le procureur général à Léopoldville et indépendante du gouverneur, est instituée. Le gouvernement belge organise un enseignement pour la formation des auxiliaires de l'administration et des Européens expatriés.

 

1911 Le Katanga est relié par rail à l'Afrique du Sud.

 

1913 Ce sont les débuts de l'exploitation industrielle du cuivre. Par ailleurs, les premiers diamants sont découverts au Kasaï.

 

1916 Le paiement des salaires en numéraire est imposé, ce qui conditionne en retour le versement de l'impôt en argent, exigible de tous les adultes valides.

 

1917 Introduction du coton dans la région du Maniema. Les mines de diamant du Kasaï commencent à être exploitées.

 

1920 Le ministre des colonies, Louis Franck, rend un rapport qui fixe dans ses grandes lignes la politique indigène, l'organisation des chefferies, des secteurs et des tribunaux indigènes. Il recommande la constitution de grandes unités administratives dotées d'institutions gouvernementales modernes, appelées secteurs.

Publication de l'Avenir colonial belge, premier grand quotidien du Congo Belge.

 

1921 Développement dans le Bas-Congo du Kibanguisme, secte d'inspiration chrétienne fondée par Simon Kibangu.

 

1924 Installation au Congo Belge de la Croix-Rouge Internationale dont le premier centre d'assistance sera ouvert en 1925 à Pawa, dans l'actuelle Région du Haut-Zaïre.

 

1925 Développement de l'islam au Maniema au centre du pays. La secte Kitawala, qui prêche le prochain départ du colonisateur blanc, se développe au Katanga.

 

1928 Mise en service du chemin de fer BKC (Bas-Congo-Katanga).

 

1931 Grande révolte des Bapendé, au nord-est, causée par la diminution des revenus paysans.

 

1933-34 Réorganisation administrative : le gouvernement général Auguste Tilkens décrète une centralisation radicale. Le statut spécial de vice-gouvernement général du Katanga est supprimé. Généralisation du système des secteurs. Création de deux nouvelles provinces (Kasaï et Kivu) qui viennent s'ajouter aux quatre déjà existantes (Congo Kasaï -plus tard Congo Léopoldville- Equateur, Province orientale et Katanga).

 

5 décembre 1935 La durée maximale des travaux et cultures obligatoires est fixée à 60 jours par an.

 

1939-45 Participation du Congo à l'effort de guerre allié sous la direction de Paul Ryckmans.

 

4 décembre 1941 Premières grèves des travailleurs congolais à Jadothville (Likasi) et à Elisabethville (Lubumbashi). Terminées par des massacres dans cette dernière ville, ces grèves sont restées comme la plus grande manifestation de la conscience ouvrière au Congo Belge.

 

1942 La durée du travail obligatoire passe à 120 jours par an.

 

1944 Révoltes au Katanga et au Kasaï provoquées par le recrutement massif de travailleurs pour les mines et la détérioration des conditions de travail.

 

20 février 1944 Mutinerie de la Force publique de Luluabourg.

 

1948 Grande année sociale au Congo Belge marquée notamment par la reconnaissance du droit de grève aux travailleurs Congolais, la fixation d'un salaire minimum légal, SMIL, par l'administration coloniale et l'organisation pour la première fois à Léopoldville du transport en commun assuré par des "fula-fula", grands camions carrossés transformés en autobus et réputés pour leur rapidité.

 

1950 Création de l'ABAKO (Association des Bacongo).

 

4 avril 1950 Interdiction de la polygamie au Congo Belge

 

1951 Fondation du groupement "Conscience africaine".

 

1954 Ouverture de l'université Lovanium de Léopoldville, l'actuelle Université de Kinshasa, UNIKIN, la première du Zaïre et d'Afrique centrale.

 

1955 Visite du roi Baudouin qui lance l'idée d'une communauté belgo-congolaise. Plan de 30 ans du Pr Van Bilsen qui insiste sur la nécessité de mettre en place une structure fédérale,de former des élites congolaises et de favoriser leur accession progressive aux "leviers de commande". Le ministre des colonies, Buisseret, ouvre trois écoles d'administration.

 

1956 L'association, Conscience africaine, publie un manifeste qui rejette l'idée de communauté belgo-congolaise, mais se rallie au "Plan de 30 ans", à condition que les Congolais soient associés à sa mise en oeuvre. L'Abako critique le délai proposé et demande l'application immédiate des libertés fondamentales. Le fils de Simon Kibangu, Joseph Diangienda, fonde l'Eglise de Jésus-Christ sur la Terre par le prophète Simon Kibangu (EJCSK) qui se pose en église nationale du Congo.

Ouverture de l'université officielle du Congo à Elisabethville, UOC, l'actuelle université de Lubumbashi, UNILU, deuxième université du pays.

Formation de la première sélection nationale de footballeurs congolais dénommée "Les Lions", base de l'équipe nationale de football devenue en 1966, les Léopards.

 

1958 Mise en place expérimentale de conseils municipaux élus à Léopoldville, Elisabethville et Jadothville.

 

Octobre 1958 Patrice Lumumba fonde le Mouvement national congolais qu'il représente à la conférence panafricaine d'Accra.

 

4 janvier 1959 L'interdiction d'une réunion de l'Abako déclenche à Léopoldville une émeute sévèrement réprimée (42 morts).

 

11 janvier 1959 L'Abako est dissoute.

 

13 janvier 1959 Le Roi Baudouin s'engage à "conduire... les populations congolaises à l'indépendance ..." et annonce pour décembre des élections locales au suffrage universel et des conseils communaux dans tous les centres urbains.

 

23 juin 1959 Le président de l'Abako, Joseph Kasa Vubu, demande la création, dans l'ouest du pays, d'une république du Kongo.

 

Décembre 1959 La loi martiale est instituée dans le sud-Kasaï afin de stopper les affrontements entre Lulua et "immigrés" Luba. Une coalition comprenant l'Abako, le PSA (Parti Solidaire Africain) d'Antoine Gizenga (Kwilu, à l'est) et le MNC d'Albert Kaloji et Joseph Iléo (Kasaï) demande la convocation à Bruxelles d'une table ronde.

 

29 janvier 1960 Début de la table ronde belgo-congolaise, qui fixe au 30 juin la date de l'indépendance, et qui est suivie d’une table ronde économique en février.

 

Entre le 10 et 18 mai 1960 Le Parlement belge vote la Loi fondamentale du futur état.

 

Mai 1960 Les élections sont remportées par le MNC de Patrice Lumumba qui est élu chef de gouvernement.

 

Juin 1960 Joseph Kasavubu devient Président.

 

23 juin 1960 Patrice Lumumba est nommé Premier ministre.

 

30 juin 1960 Jour de l’Indépendance du Congo est marqué par le départ des cadres belges et le début de la guerre civile. Le Congo belge est rebaptisé Congo-Léopoldville.